Du langage aux apprentissages scolaires.

24 avril 2017, PAR La Haute Voltige

Lorsque notre enfant éprouve certaines difficultés scolaires, on s’explique bien souvent difficilement les causes de ces difficultés et on se retrouve rapidement dépassé par l’aide qu’on peut apporter. Et si le langage en était à l’origine? Quel est le véritable impact des difficultés de langage sur les apprentissages scolaires? Voici un résumé de certains faits sur le sujet.

Le lien entre le langage oral et le langage écrit

Le langage oral est un préalable essentiel au langage écrit. En fait l’enfant appuie plusieurs de ses apprentissages scolaires sur ses compétences langagières. Ainsi, un enfant qui développe une bonne compréhension du vocabulaire, des consignes, des liens logiques entre les idées et des histoires, aura notamment plus de facilité à comprendre les consignes associées à ses travaux scolaires et à retirer le sens de ce qu’il lit. Un enfant qui développe une bonne maîtrise des sons à l’oral, aura plus de facilité à apprendre les correspondances lettre-son et ainsi à lire et à écrire efficacement. Un enfant qui structure bien ses phrases à l’oral jonglera plus facilement avec les diverses structures de phrases dans ses productions écrites. Dans un même ordre d’idées, un enfant qui peut raconter et expliquer de façon claire, complète et organisée, en fera de même pour transmettre ses messages à l’écrit. Il s’avère donc logique que tout ce qui touche la lecture et l’écriture soit appelé « langage écrit » par les orthophonistes. Bien que d’autres habiletés interfèrent dans les forces et difficultés d’un enfant à l’école, une grande part des apprentissages relève d’une transposition à l’écrit des habiletés langagières orales.

Heureusement, il y a des solutions

C’est pourquoi, avec les nouvelles recherches en orthophonie, on arrive à identifier l’origine des difficultés et ainsi aider un enfant de façon plus efficace en rééduquant les bases langagières. Il arrive que les habiletés langagières à l’oral soient tout à fait fonctionnelles rendu à un certain âge. Toutefois, des fragilités perdurent et peuvent avoir un impact considérable sur l’écrit. Une évaluation approfondie permet de déceler ces immaturités langagières afin de les rééduquer. Bien que le lien ne soit pas toujours apparent à première vue, des solutions existent et elles fonctionnent.

Ajoutons que, comme dans plusieurs domaines, l’intervention précoce est garante de succès et demeure le meilleur moyen de prévenir les difficultés scolaires. Elle commence à la petite enfance par le développement et la stimulation des habiletés langagières orales, puis au besoin, par une intervention en orthophonie.

Par Andréane R. Bilodeau ,M.Sc., orthophoniste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *