Les fonctions exécutives, pierre angulaire dans la réussite éducative !

1 novembre 2018, PAR La Haute Voltige

 

Introduction

De prime abord, il importe de mentionner que les articles sur les fonctions exécutives sont le fruit d’un effort concerté de trois bachelières en éducation : Marie-Pier Forest, Audrey Gagnon et moi-même, Andréanne Bastille. Ces billets découlent d’un travail de vulgarisation et de synthèse des informations contenues dans divers articles scientifiques et sites Internet. Une grande part des éléments mentionnés dans les billets proviennent également des documents d’un cours universitaire offert à l’UQAR par madame Julie Beaulieu, doctorante en éducation (voir section Références). Ainsi, nous n’avons pas la prétention d’affirmer être les sources primaires de ces informations. Nous n’avons fait que les rassembler, les organiser et les reformuler pour les rendre plus accessibles au grand public. Pour de plus amples informations et pour consulter les sources, veuillez voir la section Références bibliographiques.

Le but poursuivi, lors de la mise en place de notre projet, était d’offrir aux professionnels de l’enseignement ainsi qu’aux familles des moyens de favoriser et soutenir le développement des fonctions exécutives chez les enfants. Ainsi, vous retrouverez, dans chaque billet, une définition de la fonction exécutive, certains signes pouvant dénoter un sous-développement ainsi qu’une variété de moyens pouvant être mis en place pour soutenir le développement de ladite fonction chez votre enfant. Bonne lecture!

Les fonctions exécutives

Alors que des chercheurs de partout sur la planète manifestent un intérêt marqué quant à la réussite éducative des enfants dès leur entrée dans le milieu scolaire, c’est-à-dire à l’âge de cinq ans, bon nombre de ces experts tendent vers l’étude du fonctionnement exécutif chez l’enfant. Ces spécialistes focalisent leur attention sur les processus de traitement de l’information impliqués dans l’apprentissage. Ainsi, maints chercheurs abondent dans le sens de la théorie selon laquelle les fonctions exécutives (FE) font office de pierre angulaire dans la réussite éducative des bambins, particulièrement d’âge préscolaire. Leurs découvertes mettent de l’avant l’importance de rendre l’enfant cognitivement actif dans son apprentissage : il doit apprendre à apprendre. Pour ce faire, les fonctions exécutives ont un rôle essentiel. Par définition, les fonctions exécutives regroupent plusieurs habiletés cognitives nécessaires à l’exécution de tâches orientées vers un but. Elles sont mises à contribution lorsque l’enfant, afin d’atteindre un objectif, doit s’adapter à des situations nouvelles ou non routinières pour lesquelles il n’y a pas de solution précise. Ces processus mentaux permettent à chaque individu de réguler intentionnellement tant ses pensées que ses actions en vue de s’adapter à l’environnement dans lequel il chemine. Les différentes composantes inhérentes au contrôle exécutif sont :

  • L’activation;
  • La mémoire de travail;
  • La flexibilité cognitive;
  • L’inhibition (ou inhibition de l’impulsivité);
  • La régulation émotionnelle;
  • La planification/organisation.

Il importe ici de préciser que les fonctions exécutives sont interreliées et qu’elles ne s’apprennent pas : elles se développent. Ainsi, elles continuent d’évoluer et de s’affiner à travers les activités de la vie quotidienne à un rythme plus rapide de la naissance au début de l’adolescence, pour ensuite ralentir et stagner une fois atteint le cap des 25 ans. Pour cette raison, il est primordial d’instaurer un contexte favorable au développement de ces habiletés cognitives dès le plus jeune âge des enfants.

Manifestations chez les enfants TDA/H

Les fonctions exécutives sont fréquemment associées au trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H). Pour tout dire, cette condition relève d’un déficit de l’autorégulation, cette dernière étant régie par l’ensemble des processus mentaux que sont les fonctions exécutives. C’est pourquoi un enfant présentant un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité présente des manifestations telles que :

  • Avoir de la difficulté à s’organiser (déficit au niveau de la planification/organisation);
  • Éprouver de la difficulté à retenir une envie immédiate de parler, par exemple (déficit au niveau de l’inhibition);
  • Avoir de la difficulté à gérer ses réactions émotionnelles (déficit au niveau de la régulation émotionnelle);
  • Éprouve de la difficulté à passer d’une tâche à une autre (déficit au niveau de la flexibilité cognitive).

Lorsque qu’un enfant d’âge scolaire arbore ces caractéristiques, il peut être avisé de s’adresser à un(e) orthopédagogue afin d’obtenir des conseils et des activités pouvant être mises de l’avant pour favoriser le développement de certaines fonctions exécutives. Les enseignant(e)s sont également des ressources de premier ordre vers qui se tourner. Effectivement, plusieurs ont été formé(e)s en milieu scolaire au sujet des fonctions exécutives par des professionnels de la neuropsychologie et de l’orthopédagogie afin de savoir comment mieux intervenir pour en favoriser le développement.

par Andréanne Bastille, enseignante

 

Références bibliographiques

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *