Comment travailler les capacités d’inhibition chez votre enfant ?

8 novembre 2018, PAR La Haute Voltige

À télécharger : Activités pour travailler les capacités d’inhibition chez votre enfant

L’inhibition : définition

L’inhibition de l’impulsivité concerne le contrôle intentionnel du comportement, de la distraction et des impulsions. Il s’agit de la capacité qu’a un individu à choisir de façon délibérée une solution plus réfléchie, et donc adaptée, afin d’atteindre un objectif. Il s’agit ainsi de l’aptitude à résister à un fort désir d’émettre un comportement x sous le coup de l’impulsion au profit de ce qui est approprié de faire dans la situation. Cette fonction exécutive est intimement liée à la sphère sociale puisqu’une bonne capacité d’inhibition permet à un enfant d’attendre son tour de parole, de réfléchir avant de dire tout haut ce qu’il pense. Bref, cela le rend apte à anticiper les conséquences de ses actes et de ses dires en l’incitant à observer un temps de réflexion avant d’émettre une réponse à un stimulus de son environnement.

La capacité d’inhibition permet la gestion des informations en mémoire de travail, notamment en empêchant les pensées inopportunes et les informations non pertinentes d’occuper une portion importante de l’esprit. En effet, si une partie de l’espace est occupé par des éléments non pertinents de l’environnement de l’enfant, ce dernier risque d’avoir davantage de mal à écouter en classe et retenir les informations importantes. Il s’agit d’une manifestation fréquemment observée chez nos enfants présentant un trouble du déficit de l’attention (TDA/H).

Conséquences d’un sous-développement :

  •  Gère mal son impulsivité ;
  •  Ne respecte pas les délais ;
  •  N’est pas en mesure d’arrêter un comportement impulsif ;
  •  Ne réfléchit pas et ne s’impose pas de délai avant d’agir ;
  •  Travaille trop rapidement ou trop lentement ;
  •  A un contrôle cognitif interne sous développé ;
  •  A des habiletés de résolution de problèmes peu développées ;
  •  Arrive difficilement à arrêter un comportement automatisé en cours d’exécution ;
  •  S’autocontrôle difficilement ;
  •  Contrôle difficilement son activité physique
  •  A de la difficulté à s’adapter aux contraintes de la vie sociale et scolaire ;
  •  A de la difficulté à demeurer attentif tout au long d’une tâche.
  •  A du mal à résister aux distractions et à se surveiller pour éviter les pièges

Moyens pour favoriser le développement de cette fonction exécutive chez votre enfant

  • Jean dit (pour les enfants du préscolaire au 2e cycle)
  • Ni oui, ni non (pour les enfants du préscolaire au 3e cycle)
  • Taboo (pour les enfants des 2e et 3e cycles)
  • Bizz (pour les enfants des 1er, 2e et 3e cycles) *
  • Jungle speed  (pour les enfants des 2e et 3e cycles)
  • Bazar Bizarre  (pour les enfants des 2e et 3e cycles)
  • Jenga (pour les enfants du préscolaire au 3e cycle)
  • Tic Tac Boum (pour les enfants du préscolaire au 3e cycle)
  • Jeu de cherche et trouve (pour les enfants du préscolaire au 3e cycle)
  • Le roi du silence (pour les enfants du préscolaire et 1er cycle)
  • Établir avec l’enfant des techniques de gestion de l’agitation personnelles (pour les enfants du préscolaire au 3e cycle)

*Lors d’une partie de ce jeu, les enfants doivent inhiber le réflexe de poursuivre la suite numérique si le nombre qu’ils doivent dire contient le chiffre 7. Ils ne doivent alors pas le prononcer et dire « Bizz » à la place.

 

À télécharger : Activités pour travailler les capacités d’inhibition chez votre enfant

Andréanne Bastille, enseignante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *