Articles

Mon enfant ne mange que des pâtes et des croquettes

03 juin 2020
Par La Haute Voltige

Soyons honnête, qu’est-ce qu’il y a de mieux qu’un bon plat de pâtes ? Certains enfants font leur fine bouche et ils ont raison d’adorer ce type de repas. Toutefois, la grande question est … Comment puis-je faire ingérer un aliment vert , touffu, à l’allure d’un arbre, à mon enfant ? Ou encore, comment puis-je lui faire manger du poisson, et du même coup lui faire comprendre que l’on ne mangera pas son poisson rouge ? Mon enfant ne mange que des pâtes et des croquettes! Comment varier l’alimentation des enfants? Là est la grande question.

Les enfants adorent ce qu’ils connaissent. C’est rassurant pour eux puisqu’il savent qu’ils aimeront leur repas et donc qu’ils peuvent dévorer celui-ci sans trop se questionner. L’important est de les accompagner dans un processus d’apprivoisement. Ainsi, ils doivent faire connaissance avec le brocoli, le saumon, les betteraves, le quinoa, le tofu, etc. avant de pouvoir apprécier ceux-ci.

Voici quelques astuces afin de vous aider à varier l’alimentation de vos enfants. 

1– Ayez un menu diversifié 

Il est important de faire découvrir de nouveaux aliments et de nouveaux plats à vos enfants. À cet égard, il est important de varier la récurrence des plats, de façon hebdomadaire et mensuelle. Intégrer de nouveaux légumes, de nouvelles protéines, de nouveaux accompagnements, mais également de nouvelles collations. La diversité des options doit être présente pour tous les types de repas et ce, même pour l’heure du déjeuner et la collation. Présentez dans l’assiette de l’enfant l’ensemble des aliments choisis y compris ceux qu’il ne connaît pas. 

2- Respectez le rythme de votre enfant 

Tel que soulevé plus haut, il est important de placer dans l’assiette de votre enfant l’ensemble du menu préparé. Il est important de respecter le rythme de vos enfants puisque si vous forcez ceux-ci, le niveau de difficulté se verra augmenté. Proposez-lui d’y goûter (une bouchée seulement) et acceptez que le restant puisse rester dans l’assiette. Persistez à lui présenter les mêmes ingrédients; celui-ci s’habituera. Toutefois, il est possible que cela prenne plusieurs fois. Par ailleurs, il est parfois intéressant de placer l’ensemble des aliments au centre de la table. Toutefois, il est important que la règle soit claire que l’ensemble des aliments doivent également se retrouver dans son assiette. 

3- Le piège du deuxième repas 

Votre enfant s’entête à ne pas manger ce qu’il y a dans l’assiette et vous supplie de lui faire une recette de pâtes au beurre ou encore un oeuf ? Cuisiner un deuxième repas en parallèle peut s’avérer être un piège ou un enjeu à plus long terme, car plus vous cédez plus il sera difficile de lui faire apprivoiser de nouveaux aliments. Il est important de miser sur la qualité des aliments présents dans l’assiette et non sur la quantité ingérée. Par ailleurs, l’enfant doit comprendre que s’il ne mange pas au moment du repas, celui-ci ne pourra pas manger plus à l’heure de la collation. Il doit comprendre l’importance de son choix. 

4- Faites participer votre enfant à l’établissement du menu de la semaine 

Invitez votre enfant à participer à l’élaboration du menu de la semaine. Ciblez une journée où celui-ci pourra choisir son repas préféré. Invitez-le à choisir certains aliments par repas (ex. quel légume pourrait être servi ? quelle pourrait être le fruit présent dans notre collation ?). Vous pouvez également lui proposer certains choix de menus ou d’aliments et celui-ci tranchera. Cette activité lui permettra de sentir qu’il a un peu de contrôle et augmentera possiblement son ouverture. Il est important de prendre en considération les goûts de vos enfants afin que ceux-ci ne se braquent pas totalement. 

5-  Rendez l’heure du repas ludique

Lorsque vous présentez un nouvel aliment à votre enfant, jouez au détective ou questionnez-vous avec celui-ci. Quelle est la couleur de l’aliment ? À quoi l’aliment me fait-il penser ? À quelle catégorie appartient-il ? Celui-ci est sucré ou salé ? Est-ce qu’il est plutôt dur ou plutôt mou? Initiez celui-ci en goûtant à un “mini” morceau et puis commentez celui-ci. Quel est le goût de l’aliment ? À quel autre aliment me fait-il penser ? Est-ce que j’aime ce nouveau goût ou pas ? Comment pourrait-on l’apprêter afin de l’aimer davantage ? 

Restez à l’affût des aliments que votre enfant refuse de manger afin de faire des liens entre les différentes textures et goûts des aliments. On considère qu’un enfant a des difficultés d’alimentation lorsqu’il :

  • a du mal à manger une variété suffisante ou à manger des aliments de consistances appropriées pour son âge;
  • il tousse ou s’étouffe souvent aux repas ou lorsqu’il boit;
  • il présente des « haut-le-cœur » fréquents.

Les raisons pour lesquelles votre enfant ne mange que des pâtes ou des croquettes peuvent être variées. Il est important de se rappeler que selon l’âge de l’enfant, des particularités sont observées dans le développement normal. Cependant, si la fréquence de ces difficultés est augmentée et vous inquiète, vous pouvez en discuter avec votre médecin ou tout autre professionnel de la santé. Sachez que selon les difficultés vécues, les orthophonistes, les ergothérapeutes et les psychoéducateurs peuvent soutenir votre enfant dans son alimentation.

Ce qu’en pense notre orthophoniste, Jessica Sylvain.


Certains enfants sont plus difficiles ou sélectifs avec la nourriture alors que d’autres vivront des difficultés significatives ayant un impact sur leur santé, comme une prise de poids insuffisante ou des pneumonies à répétition.
Malgré que s’alimenter puisse sembler banal pour nous puisque nous le faisons tous les jours depuis que nous sommes au monde, cette action nécessite plusieurs étapes coordonnées et comprends des actions ainsi que des réactions motrices et sensorielles. 

En effet, pour manger, nos lèvres, notre langue et nos dents ont un rôle crucial. Si par exemple, un enfant a mal aux dents ou qu’il a du mal à utiliser sa langue pour déplacer la nourriture dans sa bouche, certains aliments, comme la viande pourraient être plus difficiles à manger pour lui. Ces mouvements associés à la mastication se développent jusqu’à 7-8 ans. Les différents aliments ont aussi différentes textures et différents goûts. Certains enfants sont plus réactifs aux différentes sensations sur leur langue. Les causes des difficultés d’alimentation peuvent donc être variées. 

Pour rejoindre notre équipe de professionnels, cliquez ICI.

Consultez le Guide alimentaire canadien.

Texte écrit par Élodie Chouinard et Jessica Mathieu-Lambert, psychoéducatrices

Informations connexes

Psychoéducation
Travail social
Éducation spécialisée
Maîtriser son TDA/H
atelier Maîtriser son TDA/H
Habiletés sociales
atelier Habiletés sociales
Adopter le bon
comportement
atelier Adopter le bon <br/>comportement
23 mars 2020
Articles
Désorganisation de la routine quotidienne; bien traverser le confinement.
Lire plus
13 avril 2020
Articles
L'attachement: ce lien affectif.
Lire plus
23 avril 2020
Articles
L’importance de la démarche psychoéducative en temps de crise.
Lire plus
20 juillet 2020
Articles
Les écrans prennent le dessus!
Lire plus
Gestion de l'impulsivité
atelier Gestion de l'impulsivité